La fin d’une triste histoire

les informations qui parviennent n’enchantent pas le candidat au troisième « mandat problématique », source de tous les dangers. Les dispositions semblent être prises par « la communauté internationale sous l’égide de l’ONU » pour la mise en place d’un gouvernement de transition dès le premier novembre 2020. Une personnalité a été choisie pour prendre en charge cette transition. Après le 31 octobre, il n’est pas certain que le pouvoir en place dispose de la signature pour les affaires ivoiriennes au niveau de l’internationale. Aussi, annoncer qu’il n’y aura pas de vote le samedi 31 octobre 2020 est une lapalissade

Cela s’observe déjà à plusieurs niveaux: devant la résistance acharnée des populations avec pour conséquence une liste de morts et de blessés qui s’allonge, l’armée perd la face et n’avance plus dans le sens de la répression sanguinaire et aveugle. Elle semble opter de plus en plus pour « des solutions négociées » avec les populations. Une voie dans laquelle les forces parallèles du pouvoir à savoir les microbes et autres délinquants ont de moins en moins de soutiens apparents. De manière officielle, prétextant du décès subite d’un membre du gouvernement, le candidat au troisième mandat a ordonné provisoirement la mise en veilleuse des opérations au niveau de ses équipes de campagne. Mais cette mise en veilleuse s’explique aussi par le fait que les responsables , ministres et autres ne sont plus acceptés par les populations qui coupent les routes avec des troncs d’arbre. Dans maintes régions les missionnaires venus pour la campagne sont chassés par les populations. De ce fait les déplacements doivent se faire en hélicoptère. Ce qui est difficile: pas suffisamment d’hélicoptères, pas de carburant. Et les pilotes boudent les missions à haut risque face à des populations déchaînées. Union de prière pour mon pays en guerre

Ano Nianzou. Post du dimanche 25 octobre 2020

Ces images sont des photos des archives. Sous Laurent Gbagbo, les Ivoiriens vivaient des difficultés. Ils néanmoins savaient que ces difficultés venaient d’une rébellion qui lui mettait les bâtons dans les roues . Malgré cela ils étaient dans la joie et réservaient toujours le meilleur accueil à Laurent Gbagbo comme vous le constatez sur les photos ci-dessous. Textes ,images de Ano Nianzou www.anonianzou.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *