La fin d’une triste histoire

les informations qui parviennent n’enchantent pas le candidat au troisième « mandat problématique », source de tous les dangers. Les dispositions semblent être prises par « la communauté internationale sous l’égide de l’ONU » pour la mise en place d’un gouvernement de transition dès le premier novembre 2020. Une personnalité a été choisie pour prendre en charge cette transition. Après le 31 octobre, il n’est pas certain que le pouvoir en place dispose de la signature pour les affaires ivoiriennes au niveau de l’internationale. Aussi, annoncer qu’il n’y aura pas de vote le samedi 31 octobre 2020 est une lapalissade

Cela s’observe déjà à plusieurs niveaux: devant la résistance acharnée des populations avec pour conséquence une liste de morts et de blessés qui s’allonge, l’armée perd la face et n’avance plus dans le sens de la répression sanguinaire et aveugle. Elle semble opter de plus en plus pour « des solutions négociées » avec les populations. Une voie dans laquelle les forces parallèles du pouvoir à savoir les microbes et autres délinquants ont de moins en moins de soutiens apparents. De manière officielle, prétextant du décès subite d’un membre du gouvernement, le candidat au troisième mandat a ordonné provisoirement la mise en veilleuse des opérations au niveau de ses équipes de campagne. Mais cette mise en veilleuse s’explique aussi par le fait que les responsables , ministres et autres ne sont plus acceptés par les populations qui coupent les routes avec des troncs d’arbre. Dans maintes régions les missionnaires venus pour la campagne sont chassés par les populations. De ce fait les déplacements doivent se faire en hélicoptère. Ce qui est difficile: pas suffisamment d’hélicoptères, pas de carburant. Et les pilotes boudent les missions à haut risque face à des populations déchaînées. Union de prière pour mon pays en guerre

Ano Nianzou. Post du dimanche 25 octobre 2020

Ces images sont des photos des archives. Sous Laurent Gbagbo, les Ivoiriens vivaient des difficultés. Ils néanmoins savaient que ces difficultés venaient d’une rébellion qui lui mettait les bâtons dans les roues . Malgré cela ils étaient dans la joie et réservaient toujours le meilleur accueil à Laurent Gbagbo comme vous le constatez sur les photos ci-dessous. Textes ,images de Ano Nianzou www.anonianzou.com

JJ-10.Tu vas tomber

La guerre dans laquelle nous sommes entrés rend la vie très difficile. Il n’y a pas de missile, les étoiles filantes de la mort. L’armée française n’a pas encore sorti ses chars et ses hélicoptères meurtriers sur la route et dans le ciel. Il n’empêche que nous sommes au cœur d’un conflit meurtrier lié au 3ème mandat du chef de l’état sortant. Les populations sortent des villages et villes , barrent les routes avec des troncs d’arbre. La première vague d’assaillants arrive avec les machettes, fonce sur les populations et les taillade. Le seconde vague composée de forces de sécurité avec tout l’arsenal militaire pénètre sur le terrain. Le gaz lacrymogène et les tirs s’intensifient. Les ONG et les organisations de droits de l’homme ont dénombré une soixantaine de morts: chaque jour le champ des affrontements prend de l’ampleur: Agnibilékro, Dabou, Débremou, Alepé…

Le choses ne sont pas simples . En ce jour « JJ-10 » la peur est partout. Chacun est convaincu qu’il y aura un assaut final le samedi 31 Octobre 2020, si l’élection présidentielle a lieu. Qui lancera cet assaut final? Pourquoi ne pas s’asseoir et discuter pour éviter le pire?

Union de prière pour mon pays

Ano Nianzou. Post du samedi 24 octobre 2020.

NB : Images d’archive relatives à la construction et à l’ouverture du marche de Treichville en 2003 par le président Laurent Gbagbo. C’est dommage que le pouvoir actuel lui refuse un simple passeport et ne lui ouvre aucune possibilité de revenir au pays après 9 années d’emprisonnement.

l’étau se resserre sur Ado

Lors de la guerre électorale du mois d’avril 2011, Alassane Dramane Ouattara a exigé et obtenu de la communauté internationale que la résidence de Laurent et de Simone Gbagbo soit bombardée par les forces étrangères: « Il faut l’amener et le sortir du palais. Il n’y a pas de fraude dans le nord, il n’y a pas de violence dans le nord. Il faut que Laurent Gbagbo s’en aille pour que la paix soit en Côte D’Ivoire ». Nous connaissons la suite et n’allons pas à nouveau ressasser l’histoire des bombardements , des massacres , des emprisonnements et de l’exil des partisans de Laurent Gbagbo. La communauté internationale comme un troupeau de montons, a suivi le désidératas du chef de l’état Alassane Dramane Ouattara, candidat à sa propre succession pour un troisième mandat. Pourtant une fois au pouvoir, il passera les dix années de son règne à infliger les pires souffrances, les humiliations et les privations aux populations qu’elles soient du sud , du nord , de l’est, de l’ouest, du centre…Aujourd’hui l’étau se resserre sur lui. Prions prions pour la Côte D’Ivoire

Post du 23 octobre 2020

Ano Nianzou

Ca chauffe dans la marmite

Ce lundi 19 octobre 2020, nous sommes au 5ème jour d’une campagne électorale pour l’élection présidentielle qui, parceque biaisée dès le départ, a fait un crash qui ne dit pas son nom dès le décollage.

Le premier jour , le jeudi 15 octobre 2020, le déroulé de la campagne a fait trembler la ville d’Abidjan. Jamais des moyens aussi impressionnants n’ avaient été déployés par un candidat en une seule journée. Une quinzaine de bus mastodontes bariolés aux couleurs du candidat Ado. Des affiches de tous les formats: panneaux géants aux abords de l’aéroport d’Abidjan, panneaux sur les abribus, panneaux aux petits formats. Partout l’on ne voyait que cela

Au quatrième jour le dimanche 18 octobre 2020, Il y a eu comme un épais brouillard sur la campagne. Plus rien par la suite. Je me suis promené d’un quartier à l’autre, je n’ai pas vu d’affiches sur les murs, pas de militants portant des TS dans les rues. C’est une campagne de cimetière et du silence. Il y a certes beaucoup de militants RDR dans les lieux où je me suis aventuré. Mais ils ne se montraient pas ; ne faisaient surtout pas du bruit et n’exhibaient pas fièrement les objets publicitaires de campagne électorale qu’ils avaient certainement reçu en grand nombre.

Par contre dans les maquis où je me suis arrêté pour me rafraîchir, les chants à la mode du temps de Laurent Gbagbo resonnaient à plein tube. Souvenez- vous : « Il n’y a rien en face »; « C’est comment, comment » . Sur mon chemin, je croisais de temps en temps des cargos de la police. Mais leurs occupants semblaient » cool et lolll ». Cela étant , bien que le chef de l’état, Alassane Dramane Ouattara laisse apparaître sur les réseaux sociaux une mine sereine et détendue, lançant des piques ahurissants à l’opposition, cette sérénité n’est que de façade. En réalité ça chauffe dans la marmite

Aux dernières nouvelles Henri Konan Bédié et toute l’opposition réunie posent des conditions: négociations d’accord, mais nom au troisième mandat d’abord.

Ano Nianzou

Post du lundi 18 octobre 2020

Alassane Dramane Ouattara, président sortant: non au troisième mandat

Le troisième mandat est une obsession. « Non au troisième mandat » est répété par tous et partout
Les ivoiriens ne veulent plus d’un troisième mandat du président sortant. Ils ont exprimé cela clairement lors du meeting grandiose au Felicia le samedi 11 octobre 2020. Le pouvoir avait tout mis en œuvre pour décourager les militants afin qu’ils ne se rendent pas au stade. Échec et mat
Photo et textes de Nianzou Ano
Dimanche 18 octobre 2020