Relecture des Fables de Jean de de Lafontaine

J’ai écrit un beau texte que je vais publier dans mon prochain livre. Il est intitulé ” l’Histoire du Mange-mil”. Je me suis inspiré de Jean de Lafontaine. L’auteur critique la société de son époque en faisant allusion aux comportements des animaux. Souvenez-vous” du Corbeau et du Renard”. Le livre n’est pas encore publié . Le texte est seulement diffusé sur ma page Facebook: Nianzou Dunand. Cela me vaut présentement une condamnation à 3 mois de prison et 3000000Fcfa d’amande! Pauvre Côte d’Ivoire, un pays où quiconque dispose de la moindre parcelle de pouvoir se permet tout

Je publie à nouveau le texte:

Maître Serge Effi : la question des mange-mil

C’est qui le mange-mil ? C’est un oiseau granivore qui attend que le paysan finisse de planter son mil, riz , sorhgo. Quand les céréales arrivent à maturité, les mange-mil arrivent et mangent toute la récolte. Ils sont dangereux. Parceque trop gourmands.  J’ai observé cela sur le sommet des collines, dans les petites parcelles qui portent le riz, notamment à Man. Des enfants sont en permanence installés sous des abris de fortune, pour chasser  les petits oiseaux qui ne payent pas mine et qui pourtant sont nuisibles par leur capacité  d’affamer ceux qui ont travaillé sur les parcelles.

Les mange-mil nous en trouvons dans nos sociétés. Des hommes aux esprits bizarres, à la limite du correct, qui portent de belles cravates, de beaux costumes et de belles chaussures. Ils  débarquent dans les communautés villageoises ; chassent les propriétaires de leurs terrains et plantations au moment où les biens produisent des fruits pour  aller les vendre au profit de leur petite confrérie. Avec la richesse mal acquise, ils roulent carrosse.

Pourquoi venir dans la précipitation détruire au bulldozer dans la pénombre la demeure de Laurent Ridet ? Pourquoi s’approprier une concession qui appartient à une collectivité familiale depuis des générations pour en faire « un-hôtel-de-passe-maquis-bar » ? Pourquoi venir avec sa mère faire des incantations sataniques devant le domicile de quelqu’un pour l’effrayer et la contrainte à quitter sa terre ?

Cette pratique de mange-mil  de maître Serge Effi que j’ai dénoncée  me met pour la troisième fois, sur le banc des accusés, en correctionnel au tribunal d’Abidjan le 8 avril 2022. Ironie de l’histoire  l’un des meurtriers le plus célèbre de la Côte d’Ivoire, Amedé Ouréni à été jugé le mercredi 14 avril 2021 dans la même salle.

Ano Nianzou

Qui est Serge Effi?

Enquêtes journalistiques sur Serge Effi

Par Ano Nianzou

A la suite de notre condamnation à 3 mois de prison et 3000000 F d’amende pour « diffamation et dénonciation calomnieuse » à l’endroit de Maître Serge Effi, Buitruille Michel et moi avons ressenti un coup d’autant que la loi sur les délits de presse a été appliquée à l’envers. Ce que nous avons  écrit sur le sieur Serge Effi sont des faits palpables, vérifiables sur le terrain. Nous ne les avons donc pas inventés : Il a fait détruire au bulldozer la résidence de Laurent Ridet. Ce dernier a perdu la vie par la suite. Il a occupé de manière unilatérale la cour d’une collectivité familiale, la transformant en chambres de passe-maquis-bar, après expulsion de tous les ayants-droits qui y habitaient. Au moins deux des personnes expulsées ont perdu la vie par la suite. Serge Effi et sa génitrice ont posé un fétiche dans la concession d’un  résident. L’affaire a été portée à la connaissance du commissariat de police mixte d’Assinie. Un procès verbal a été établi.

Aussi  on s’est posé la question de savoir qui est Maître Serge Effi ? Pour répondre à cela, nous nous sommes rendus à Bongouanou sa ville d’origine. Là également, nous avons découvert une affaire d’héritage des plus sombres, qui est pendante devant le tribunal : d’un côté les « Vrais Effi » nés de Dame Tahiba, la génitrice de Serge Effi et de l’autre les « faux Effi » issus des autres épouses du défunt patriarche Effi qui en avait 5.

Concernant la condamnation, nous avons fait appel à la décision. Nous avons aussi eu des séances de travail avec l’UNJCI (Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire) et les syndicats de la presse. Nous avons parlé de l’affaire avec le représentant de Reporter-Sans Frontière.

Ano Nianzou : Journaliste, ecrivain

Buitruille Michel : communicateur, blogueur

Reportages à suivre.

Consultez nos supports : www.anonianzou.com;

Le groupe FACEBOOK : « lamodevivante » ;

Le groupe FACEBOOK : « lestenuesdemariages » ;

le groupe FACEBOOK : Abekan Norbert Eric Justice, Courage et Solidarité

Les pages FACEBOOK : « Nianzou Dunand » ; « Ano Nianzou ».

La page FACEBOOK :  Michel Buitruille

Collaborateur extérieur à la page FACEBOOK : Paroisse de la Sainte Famille de la Riviera2

Membre du groupe FACEBOOK : Renouveau Charismatique Catholique De ST Matthieu

Par ailleurs à la mi-juillet notre réseau sur la toile va s’étendre avec www.lamodevivante.com et   www.lestenuesdemariages.com. Les deux sites web sont présentement en construction

La femme au cœur de la vie et du bonheur

Nous n’allons pas vous parler des choses stupides comme les guerres. Nous n’allons pas vous entraîner dans les débats incompréhensibles de la politique. Les gens disent une chose aujourd’hui et le contraire demain. Ils sont ennemis aujourd’hui et et frères-même père-même mère le jour suivant.. Pourtant nous sommes les mêmes et aspirons au même bonheur.

Les femmes sont notre source de vie et notre bonheur. Nos nouveaux sites qui apparaitrons dans quelques jours sur vos téléphones portables et vos ordinateurs sont dédiés à toutes celles et à ceux qui nous apportent la sérénité et le bonheur: profiter de la vie; penser à soi; faire ce qu’on aime au présent. Voici le nom de domaine des sites de notre réseau: www.anonianzou.com/ www.lamodevivante.com/ lestenuesdemariages.com.

Bonne lecture. Nous attendons votre soutien sous toutes les fermes pour continuer l’œuvre: équipements, matériel de travail ainsi que de nouvelles idées pour faire mieux.

Ano Nianzou Orange Money +0708427848

Notre concept

Merci à tous. Au début nous ne savions pas si un site fourre tout comme le notre allait fonctonner. Nous sommes de nature prudents. Pouvait-on mettre ensemble le Président Laurent Gbagbo, les célébrations eucharistiques, la mode, les femmes et les hommes bien vêtues, les belles vitrines des magasins ?

Oui. Cela est possible.Parceque la société est une et indivisible. La même personne porte en elle toutes ces facettes à la fois. Elle aime Laurent Gbagbo, Elle aime Dieu. Elle visite son couturier modéliste. Elle passe du temps devant les vitrines des grands magasins.

Cette fleur toute fraîche pour vous dire encore merci

Ano Nianzou

Un grand bonheur m’a envahi

Le 11 avril 2011 a été un moment douloureux pour chacun de nous. Les jours qui ont suivi l’arrestation du président Laurent Gbagbo, j’ai quitté mon pays avec simplement un sac à dos dans lequel j’avais rangé ma serviette , un pagne, ma brosse à dent, mon bloc note, une clef USB renfermant une partie de mes archives et un stylo. Je me suis retrouvé exil sans y être préparé et sans avoir le moindre centime en poche. De 2011 jusqu’à la libération de président Laurent Gbagbo, ma vie a été difficile simplement à l’idée de penser chaque jour qu’un innocent avait été jeté dans un pénitencier de l’ONU sans justificatif et sans raison. Je suis heureux en ce 11 avril 2022 de voir à nouveau le Chef, le Woody, le Bao-comme nous l’appelions au palais- reprendre une vie normale parmi nous.

Chaque fois que je pense au drame du 11 avril 2011, la tristesse m’envahit. Mais la joie est également présente: à cette époque je n’avais plus espérance. Je me disais que j’avais perdu mon pays à jamais et que je n’y reviendrai plus. Aujourd’hui je garde comme témoignage de vie qu’il ne faille jamais désespérer. Surtout rester débout dans l’adversité.

Ano Nianzou auteur du livre témoignage sur le 11 avril intitulé “Sous les Bombes de Char-kozy” publié en 2013 aux éditions de l’Harmattan-Paris

Peut être une image de 3 personnes et personnes assises

L’histoire du margouillat qui finit dans une marmite bouillante

Nous connaissons tous le margouillat. Il est devenu célèbre par son « amour » effréné pour les femelles. Il les désire toutes. Il partage sa vie entre la nourriture et la poursuite sans relâche toute la journée des femelles de sa confrérie. Grandes, petites, le male les attend au détour du buisson. Des fois, il perd la tête et pourchasse la femelle à un rythme tellement endiablé qu’il finit souvent dans la marmite.

L’histoire de Serge Effi me fait penser à une tranche de vie de margouillat. Je ne dis pas qu’il fait partie de la caste des margouillats.

Il arrive de son Bongouanou natal. Il retrouve sa mère à Assinie Maffia. Celle-ci est une maman adulée qui gère plantations, terrains, maisons appartenant à une communauté familiale respectable, descendant  de deux lignées Ezouman Manzan et Ndebé Avrah. L’avocat perd totalement la raison à la vue des biens. Il va alors mettre en place en plan pour transformer son cabinet en officine de fabrications de faux papiers et documents de titre de propriété pour faire de sa mère l’unique héritière et bénéficiaires des richesses abondantes de la dite collectivité, avec pour arrière fond que toute les richesse atterrissent dans ses mains au décès de sa génitrice âgée de plus de 92 ans, présentement malade. En conséquence, Il décide de modifier les contrats de bail ; de chasser les membres de la famille qui habitent la cour familiale leur promettant de les reloger ; se transforme en vendeur de noix de coco bord-champ. Laurent Ridet refuse de signer le contrat de bail léonin que lui présente Maître Serge Effi, sa résidence est détruite au bulldozer dans la pénombre aux environs de 18 H30. Tous ses effets personnels, chaises, tables, lit, ordinateurs, livres, cuisinières, réfrigérateur, vêtements de son épouse et de ses enfants, machine à laver sont broyés par le mastodonte. A la suite de ce désastre Laurent Ridet décède dans un accident de moto.

 C’est l’histoire du margouillat qui perd la tête à la vue des femelles et qui finit dans une marmite. Je serai à nouveau devant le tribunal le vendredi 8 avril 2022 avec les preuves.

Ano Nianzou

Maître Serge Effi: la question du mange-mil

C’est qui le mange-mil ? C’est un oiseau granivore qui attend que le paysan finisse de planter son mil, riz , sorhgo. Quand les céréales arrivent à maturité, les mange-mil arrivent et mangent toute la récolte. Ils sont dangereux. Parceque trop gourmands.  J’ai observé cela sur le sommet des collines, dans les petites parcelles qui portent le riz, notamment à Man. Des enfants sont en permanence installés sous des abris de fortune, pour chasser  les petits oiseux qui ne payent pas mine et qui pourtant sont nuisibles par leur capacité  d’affamer ceux qui ont travaillé sur les parcelles.

Les mange-mil nous en trouvons dans nos sociétés. Des hommes aux esprits bizarres, à la limite du correct, qui portent de belles cravates, de beaux costumes et de belles chaussures. Ils  débarquent dans les communautés villageoises ; chassent les propriétaires de leurs terrains et plantations au moment où les biens produisent des fruits pour  aller les vendre au profit de leur petite confrérie. Avec la richesse mal acquise, ils roulent carrosse.

Pourquoi venir dans la précipitation détruire au bulldozer dans la pénombre la demeure de Laurent Ridet ? Pourquoi s’approprier une concession qui appartient à une collectivité familiale depuis des générations pour en faire « un-hôtel-de-passe-maquis-bar » ? Pourquoi venir avec sa mère faire des incantations sataniques devant le domicile de quelqu’un pour l’effrayer et la contrainte à quitter sa terre ?

Cette pratique de mange-mil  de maître Serge Effi que j’ai dénoncée  me met pour la troisième fois, sur le banc des accusés, en correctionnel au tribunal d’Abidjan le 8 avril 2022. Ironie de l’histoire  l’un des meurtriers le plus célèbre de la Côte d’Ivoire, Amedé Ouréni à été jugé le mercredi 14 avril 2021 dans la même salle.

Ano Nianzou

Peut être une image de 1 personne, position debout, plein air et arbre

C’est un esprit “mange-mil” et maléfique qui a poussé Maître Serge Effi à détruire la résidence de Feu Laurent Ridet sise à Krowasuazu à Assinie-Maffia

Les raisins de la colère

“Où transposer sa marchande ? De quoi va-t-il vivre ?” Le jeudi 17 mars 2022, je suis allé rendre visite à mon ami Tahirou. Chaque fois que je cherche un objet rare pour faire de la décoration, je vais le voir à la casse d’Abobo-Derrière-Rail. La surprise fut grande à mon arrivée. Tous les dépôts, magasins et étalages avaient été détruits au bulldozer en présence d’un impressionnant contingent de force de l’ordre.

Bon nombre de victimes de cette démolition sauvage viennent de la sous-région. Traumatisées par les harcèlements permanents liés au contrôle des papiers, elles n’osent pas s’exprimer sur le sujet. Néanmoins ne sachant pas où transposer leurs petits commerces d’objets hétéroclites, elles restent sur place sous un soleil de plomb dans l’attente d’hypothétiques clients.

Le pouvoir en place pose souvent des actes contradictoires. Il prône la richesse et le développement. Cependant sur le terrain les actes de développement clairement affichés plongent les populations dans une grande misère : elles ne peuvent plus travailler ; elles n’ont plus de quoi se nourrir. Aucune solution de « rechange » fiable n’est proposée en guise de compensation ! La vie est un perpétuel recommencement. Je vous conseille de relire les « Raisins de la colère » de John Steinbeck

Peut être une image de 1 personne, position debout, plein air et arbre

Maître Sege Effi pour des raisons infondées a détruit la maison du Français Laurent Ridet. L’affaire a provoqué un choc parmi ses voisins de Krowsuazu à Assinie Sagbadou. J’en ai parlée. Pris d’une crise de colère Maître Serge Effi m’a conduit devant la justice pour diffamation. Malheureusement la preuve est faite. Cette résidence balnéaire est-elle détruite ou pas?

Le pouvoir se préoccupe du bien être des populations. Selon vous détruire les maisons et les commerces des populations à faible revenu est-il salutaire ?

Les étalages, les petites boutiques, les entrepôts ont été démolis. Ne sachant où aller reprendre leurs activités ils restent sous le soleil de plomb , sous la pluie et sur les décombres dans l’espoir d’une solution miracle

Les belles images de la semaine

Les belles images de la semaine

Cette semaine –lundi 21 mars au dimanche 27 mars- je partagerai avec vous de belles images et de beaux textes. Il y aura un moment de difficulté avec l’affaire de L’avocat Sege Effi qui nous a conduits, Buitruille Michel et moi, devant la justice parceque nous avons dénoncé ses frasques nuisibles et inacceptables. Il a détruit la maison de Laurent Ridet et il ne veut pas que nous en parlions ! Moi, je ne me tais pas devant la bêtise humaine. Vous pouvez compter sur moi. A ce propos j’ai publié de tristes images sur la démolition sauvage de  d’ Adjamé-Derrière-Rail. De centaines de personnes gagnant difficilement leur vie par la vente d’objets hétéroclites, se retrouvent réduites à ne rien faire. Comment vont-elles payer le loyer, nourrir la famille, se soigner ? C’est un désastre !

Toutes les images vont porter sur la mode féminine avec Olivia Yacé, la religion avec le père Abekan Norbert Eric et les images de bonheur avec les mariages.

Bonne semaine

Démolition sauvage à Adjamé-Derrière-Rail

Post de Ano Nianzou  www.anonianzou.com

Où transposer sa marchande ? De quoi va-t-il vivre ? Le jeudi 17 mars 2022, je suis allé rendre visite à mon ami Tahirou. Chaque fois que je cherche un objet rare pour faire de la décoration, je vais le voir à la casse d’Abobo-derrière-Rail. La surprise fut grande à mon arrivée. Tous les dépôts, magasins et étalages avaient été détruits au bulldozer en présence d’un impressionnant contingent de force de l’ordre.

Bon nombre de victimes de cette démolition sauvage viennent de la sous-région. Traumatisées par les harcèlements permanents liés au contrôle des papiers, elles n’osent pas s’exprimer sur le sujet. Néanmoins ne sachant pas où transposer leurs petits commerces d’objets hétéroclites, elles restent sur place sous un soleil de plomb dans l’attente d’hypothétiques clients.

Le pouvoir en place pose souvent des actes contradictoires. Il prône la richesse et le développement. Cependant sur le terrain les actes de développement clairement affichés plongent les populations dans une grande misère : elles ne peuvent plus travailler ; elles n’ont plus de quoi se nourrir. Aucune solution de « rechange » fiable n’est proposée en guise de compensation ! La vie est un perpétuel recommencement. Je vous conseille de relire les « Raisins de la colère » de John Steinbeck